12 août 2013

Triathlon Ironman Roth

par Pauline

Challenge Roth 2013

Nous nous étions inscrit à l’ironman de Roth il y a un an tout pile… 3 mois après mes débuts en triathlon. Je crois que je ne mesurais pas les conséquences de cette inscription… 

J’ai attaqué la préparation en …janvier ! A postériori, je pense que c’était beaucoup trop tôt !! En effet, nous avons enchainé stage de vélo, stage de triathlon, stage de vélo… re-­‐stage de triathlon jusqu’à ce que je veuille tout arrêté début juin : trop c’est trop !! Et ce, d’autant plus que nous n’avons pas été gâté par le temps pour la préparation. Je me souviendrais d’une sortie de 130kms dans les Ardennes en solo, en mode CLM, sous des trombes d’eau…

Finalement, j’ai réussi à gérer la fin de ma préparation et je suis arrivée le jour J en forme et plus que motivée !

Mes objectifs ?... Finir ce premier IM sans marcher sur le marathon ; en moins de 13h ce serait bien, en dessous de 12h30 très bien…

Bref…

Nous partons pour l’Allemagne avec PYT, Othmane et Arnaud notre supporter. Nous avons 48 h avant la course, histoire de profiter de l’immense village ! On récupère les dossards, on mange des pâtes et encore des pâtes ; on dépose les vélos au parc la veille de la course après les derniers réglages (d’ailleurs merci Arnaud pour mon dérailleur : nickel pendant la course !).

14 juillet, 4h… le réveil sonne (M83 midnight city). La nuit a été courte, très courte. Mais, je suis contente que ce jour arrive enfin ! 1e chose à faire au lever : mettre la puce : sans elle, ça ne sert à rien de courir !! Petit déjeuner rapide et on part. Le jour se lève doucement, le ciel est dégagé. On peut déjà apercevoir l’ampleur de l’événement quand à 2 kms du départ, on nous demande de nous garer… On arrive au parc à vélo : gonflage, préparation des bidons, des gels et des barres. Je suis prête !

Mon départ est prévu à 6h45. Une vague féminine : nous sommes environ 400 ! Je « lâche » PYT et Othmane qui partent bien après moi…Heureusement, je retrouve une française avec qui on avait discuté avant la course…ça aide à penser à autre chose !! J’ai adoré le départ : l’eau est bonne, le public est déjà là, et ça part…doucement !!!

Je ne voulais surtout pas forcer en nat’ et ayant peu nagé cette année, je savais que je ne ferais pas un super temps… La nat’ se passe dans un canal, un aller-­‐ retour. Je nage tranquille, je commence à me faire distancer puis à me faire doubler par des brutasses de mec qui passent à toute vitesse…je me suis même accrochée aux 2 pieds d’un mec qui m’avait énervée : il m’a filé au moins 3 coups de bras en me doublant !! Tant pis pour lui… Après le ½ tour, je commence à avoir super mal à la tête… j’avais serré à fond mes lunettes pour éviter les fuites…erreur !! ça me file même la nausée…j’hésite à m’arrêter pour les desserrer mais je me dis que je vais perdre encore plus de temps alors je continue…je sors de l’eau en 1h26…j’ai déjà 6 minutes de retard sur le temps espéré…

Aucun soucis à T1… J’enfourche le vélo et c’est parti ! A ce moment là, j’ai super froid…heureusement ça ne dure pas : la 1e bosse permet de me réchauffer. Mes jambes sont là et le début du parcours est roulant…je ne sais pas pourquoi mais je me dis « amuses toi au moins au 1e tour…tu verras ensuite ! ». J’apprécie la qualité de la route, les faux plats descendants…et la fameuse montée de solarberg… une tuerie !! On a l’impression d’être des stars !! Avec nos spectateurs au milieu… c’est encore mieux ! Même si à postériori, c’est un peu trompeur : mon cardio me dit que j’étais à 185 de pulse en haut…

J’ai toujours mes petits sandwichs dans mon dos : j’ai prévu de m’arrêter quelques secondes pour manger et remplir un bidon…(l’année dernière à l’alpe d’huez, je n’avais pas réussi à manger sur mon vélo et j’avais du m’allonger par terre en haut du 2e col…je préférais donc m’arrêter pour manger plutôt que de revivre cette expérience…).Mais j’attends de me faire doubler par l’EPPG…Nous avions fait les calculs la veille avec Arnaud sur les temps de passage et Yann devait me doubler au 30 e, PYT et Othmane au 70e… pourtant je viens de finir le 1e tour et je n’ai encore vu personne ! Finalement Yann me double au 100e : il avait l’air bien ! Puis mes jambes commencent à s’alourdir, le vent de face me freine et je commence à regretter sérieusement de m’être lâchée sur le 1e tour… PYT, Othmane et Gilbert me double au 130e km…trop tard pour m’arrêter manger !! ça me relance un peu ! J’attends avec impatience la 2e montée de Solarberg, car je sais qu’après c’est descendant ! A 5kms de l’arrivée, je perds ma sacoche arrière et suis obligée de m’arrêter…grr…

Bref, je termine le vélo en 6h06…29,2km/h de moyenne alors que j’avais prévu 27km/h soit 6h30…j’ai de l’avance sur mon temps espéré mais je sens que je ne suis pas très fraiche…et il reste un marathon !!

A T2, j’en profite pour changer de chaussettes et mettre de la crème anti frottements. Et c’est parti ! 1e km…ma garmin affiche 5min/km…trop vite !! Je m’essouffle déjà… Je ralentis donc et trouve mon rythme de croisière à un peu plus de 10km/h. N’ayant pas bu beaucoup en vélo, je sens que je suis obligée de m’arrêter dès le 1e ravitaillement…puis à tous les autres !! Je crois que je n’en ai sauté qu’un…

Malheureusement, dès le 12ème, commencent les kms difficiles ! Cela m’a surpris car je pensais craquer à partir du 20e…mais pas au 12e !! Je n’ai pourtant jamais paniqué même si, en voyant des kms en 7min/km, je me disais que mon 2e objectif allait s’envoler… Je croise une 1e fois Arnaud qui me dis que les « 3 compères », comme vous les appeler, ne sont pas loin…ça me motive…je croise d’abord Gilbert, puis PYT puis quelques mètres plus loin Othmane : il a l’air frais : grand sourire, belle foulée… on se paye le luxe d’un petit bisou au milieu de la route ! La suite est compliquée pour moi : je traine de plus en plus au ravitaillement (mais les TUC et le gâteau de riz font mon bonheur…), je cours de plus en plus lentement : je me dis que je vais faire le marathon en 5h…j’attends le semi avec impatience… Je pense aux conseils de PYT : « quand ça ne va pas, je ferme les yeux et je souris pour faire croire à mon cerveau que tout va bien… » ! Le semi est passé, c’est toujours difficile, et puis je commence à me dire « ça fait 6 mois que tu te prépares pour ça : tu ne croyais quand même pas que ça allait être facile…alors si tu veux être contente : bouges toi !! ».

Et puis sans trop prévenir, je cours à nouveau un peu plus vite entre 6 et 6’30/km…Je me dis que tous les kms pris en dessous de 6’30 sont bons à prendre, même si j’ai peur d’avoir un nouveau coup de mou. Je croise à nouveau Arnaud qui est avec Marine, une bière à la main, j’en profite pour trinquer ! Arnaud me dit que PYT a craqué... je croise Gilbert qui a l’air frais et garde une très belle foulée, Yann que j’avais du « louper » la 1e fois, puis quelques mètres derrière : Othmane qui n’a plus l’air très bien… et enfin, quelques kms plus loin, je rejoins PYT à la dérive. Je lui propose de courir avec moi mais ses douleurs l’en empêchent…Je continue donc ma route, recroise une dernière fois Arnaud et je commence le décompte 10, 9, … kms ! Je commence à me rendre compte que je pourrais faire moins de 12h15… ça passe à la fois vite et lentement.

Dans Roth, je croise Othmane une dernière fois, il n’est pas au mieux…mais en a bientôt fini !! Les gens encouragent sans arrêt, il y a de la musique qui me donne envie de chanter alors je chantonne…J’ai le sourire aux lèvres…En fait, je profites même si mes jambes n’en peuvent plus !!

Et puis l’arène, les applaudissements, les photographes, l’arche de fin... Surprise, Othmane m’attend sous l’arche, me remet la médaille, une rose et me prend dans ses bras… J’avais envie de pleurer…


12h03…avec un marathon en 4h24…heureuse !

Ensuite, les sensations sont assez désagréables : à la fois mal partout, la nausée, fatiguée, envie de me poser… Finalement, on croise Gilbert et Yann qui ont l’air satisfait. Je les laisse raconter !

Au final, cet IM fut une super course… la préparation a été longue et difficile et l’année prochaine, je pense que je ferai des Sprints et des CD !!!

Prochaine objectif : CD de Gérardmer… !! Mais surtout ma thèse de médecine prévue en octobre...

Pour finir, petite dédicace à Edouard : ce dont je me souviendrais :

  • Le stage EPPG : vraiment génial et encore merci à PYT d’avoir organiser, et à Othmane pour le programme…
  • Les sorties longues sous la pluie…dans les Ardennes et mes 150kms à Torcy à moitié seule, avec 16kms de CAP derrière… et le craquage en juin pendant lequel je voulais tout arrêter !! …Et pendant lequel j’ai été ultra méga chiante avec ceux qui vivaient à côté de moi…
  • L’ardéchoise comme course de préparation : 176kms en cyclo, ambiance tourisme…saucisson, fromage !!
  • Etre bloquée des heures et des heures sur l’autoroute en Allemagne à l’aller et au retour
  • Mon premier tour en vélo à 31km/h de moyenne ; la montée de Solarberg avec Hervé et Arnaud au milieu !
  • Commencer à avoir du mal à tenir le rythme en CAP dès le 12ème km du marathon
  • Le bisou à Othmane en CAP au milieu de la route alors que je n’étais pas au top…
  • Les encouragements d’Arnaud…il était partout !!
  • Serrer Othmane à l’arrivée et avoir envie de pleurer…
  • Relire les dizaines de mails du live EPPG : c’était assez hallucinant de voir tout cet engouement !
  • Les courbatures qui durent, qui durent… mais en fait, ça…j’aime bien !!

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.