16 mai 2014

Triathlon des Mureaux 2014

par Jean-Marc

Triathlon par équipe des Mureaux du 8 mai 2014

Premier triathlon de la saison, un triathlon par équipe sur la base de loisir du Val de Seine, organisé par le club des Mureaux qui fête ses 30 ans.

Je fais équipe avec Philippe, Hugues et PYZ. Ce sera notre première compétition ensemble en équipe.
N’ayant jamais roulé ensemble le week-end précédent nous avons à 3 fait quelques réglages et mis au point une tactique de course à vélo. Philippe et moi prendrons tous les relais, vitesse maximum sur le plat 35km/h pour que personne ne décroche.

Arrivé sur le site l’organisateur a fait les choses en grand. Nous disposons d’une tente pour y mettre nos affaires. Le club aligne 5 équipes : 2 équipes filles et 3 équipes garçon. C’est l’équipe de Gé, Morgane et Jodie qui ouvre le bal. Mon équipe le fermant. Tout le monde se prépare on encourage les équipes qui partent avant nous puis vient notre tour. Je ne m’échauffe presque pas pour la natation pensant que l’eau sera froide.

Alain, le speaker de l’épreuve, qui est aussi celui du triathlon Wattbike du Pré Saint Gervais, égrène nos noms. Nous voilà prêt à partir, l’oeil rivé au chrono pour ne pas déjà commencer à perdre du temps.

Nous voilà parti, je rentre lentement dans l’eau, finalement elle n’est pas aussi froide que je le pensais. Je marche le plus longtemps possible puis me mets à nager. Je me place à la gauche de Philippe pour lui faire la vague sur les premiers 100 mètres puis me positionne devant lui. Notre technique du diamant si connu et efficace n’est pas employé ici car elle requiert un entraînement sérieux et nos deux équipiers ne l’ont jamais pratiqué. Donc pas d’improvisation un jour de course. La natation se fait sans souci jusqu’à la sortie de l’eau où Philippe semble être piqué par une vive. Il crie gesticule tel un damné. Ce n’est que sa fermeture éclair qui s’est coincée. Enfin les combinaisons sont élevés casques sur la tête direction la sortie du parc à vélo (ou la zone de regroupement ne fait pas ses 5 mètres réglementaires.. (Note pour l’arbitre)

Philippe a décidé de tester les élastiques sur les chaussures sur cette course sans enjeu majeur. Il a testé et il a vu. Alors que nous commencions à rouler je me retourne. Nous ne sommes que trois. Philippe est bloqué il n’est pas encore monté sur le vélo, une chaussure étant récalcitrante. Tout trois posons alors pied à terre et l’attendons une éternité. Pour moi une première après T1 : poser pied a pied pendant le vélo pendant un sprint.

Enfin le train démarre. Les deux relayeurs relaient à l’avant dans notre désormais configuration qui deviendra célébre "le 4-2-2" : 4 coureurs, 2 relayeurs les 2 autres restant bien au chaud protégés par les relayeurs. Au deuxième tour dans le faux plat descendant je prends un peu d’avance (tout seul) pour dépasser les 53km/h. Notre équipe aura ainsi la vitesse maxi la plus élevée de tout le club. Plus loin notre technique du 4-2-2 se transforme pour épouser la technique du chien de berger. Philippe reste devant pour montrer le chemin et je ramène dans le troupeau les brebis qui s’en détachent.


T2 arrive. L’entrée dans le parc ne pose aucun souci. Pour un fois personne ne lace ses lacets ou ne fait de doubles noeuds. Hugues ne repart pas de suite et se met a boire. Très gentiment je lui indique qu’il aurait pu y penser sur le vélo et ne pas perdre de précieuse secondes ainsi. Enfin on sort du parc et là, l’incroyable se produit. ..

On commence à courir et Hugues s’arrête pour satisfaire un besoin qui est tout a fait ordinaire en dehors d’un sprint par équipe. Et pour la première fois de ma vie de triathléte je m’arrête puis marche au départ de la cap d’un sprint.

Enfin on court. C’est là que je commence a sentir mes limites. N’ayant que très peu couru depuis de longues années je suis devenu très faible sur cette discipline. Le groupe part sur une base de 4’30 au kilo je demande de ralentir un peu et de se caler sur 4’40. On déroule on déroule. Fin du premier tour. Je me sens enfin mieux et accélère sur ce dernier tour en me calant cette fois sur 4’30. PYZ me pousse à présent sur les petites montées pour garder le rythme. L’arrivée est proche. Tout le club ayant fini sa course nous attend le long des barrières et c’est le traditionnel clap des mains qui ponctue notre arrivée devant la ligne.

On se félicite. On se sent fort. On se sent beau.

J’avais un objectif pour l’équipe : ne plus finir avant dernier comme a chaque triathlon par équipe ces dernières années et faire mieux qu’au dernier duathlon par équipe avec 6 équipes derrière nous.
Et la encore l’inimaginable se produit 12 équipes se classent derrière nous. ..
Excellent bilan. De bonne augure pour notre prochain triathlon par équipe pour notre Championnat Intergalactique.

Et encore bravo au club des Ttrinosaures pour l’organisation de ce triathlon.


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.