12 juillet 2017

Triathlon d’Angers 24 juillet 2016

par Olivia

Il y a parfois des rendez-vous sportifs que tu attends plus que d’autres. 

Certains pour être des sorties club d’autres parce qu’ils te font revenir à tes sources. Celui d’Angers en cœur de ville fait partie de ceux là malgré la distance que j’affectionne un peu moins.

De même cette année a été marquée par pas mal d’évènements pour moi, l’opération et décembre pour enlever ma plaque à la clavicule l’accumulation de soucis de santé… les doutes s’installent la machine s’enraye et tu ne retrouves pas ton niveau. Je voulais gommer Nouâtre où je couvais une bronchite et enfin retrouver de bonnes sensations malgré une belle gamelle le mardi d’avant et un taping pour ma tendinite au genou : ce qui fait dire à ma mère « ma pauvre fille t’es cassée de partout ! »

Arrivée le vendredi en même temps que mes neveux du Guatemala je décide le samedi de me dégourdir les jambes à vélo le long de la Loire. Le temps est superbe. Le fleuve défile jusqu’à l’embouchure avec la Maine et je ne peux m’empêcher de penser que tout est bien aménagé dans cette région et qu’il faut peu de temps pour sortir de la ville contrairement à Paris.

Le triathlon S licenciés a lieu le dimanche après midi. C’est l’occasion d’une longue fête sur 2 jours pour nos 3 disciplines car Angers accueille la finale du championnat de France de D2, le contre la montre par équipe. Le XS pour les minimes, le S pour non licenciés…

Arrivée sur le village de bonne heure j’ai la chance de retrouver d’autres amis installés dans la région venus me faire une bise d’encouragement. Je croise le photographe de Nouâtre, Jimmy qui s’étonne de me voir seule représentante du club. Mes supporters franco-guatémaltèques me retrouvent avec les pancartes d’encouragement !

Comme l’an dernier la combi n’est pas autorisée. Le parcours en natation est un rectangle dans la Maine. J’avais le souvenir d’une natation interminable au retour car même si tu es dans le sens du courant le vent provoquait des vaguelettes. Le cadre est posé : le cœur de la ville, le château bienveillant, le soleil au rendez-vous. Les féminines et les paratriathlètes partent 10mn avant et là panique ! Est-ce le fait d’être passée tout de suite dans l’eau mais ça ne va pas du tout ! Il faut vraiment que je travaille ce point pour éviter ce stress que je gère mieux sur un M ou L ou en mer. Je passe la première bouée un peu de brasse et ça passe.. je me concentre et je sens que je vais plus vite. Je repense à ma conversation avec mes amis avant et sur leur mode d’alimentation crudivore.. tout est bon pour se calmer ! Je voulais arriver avant les garçons comme l’an dernier mais à quelques mètres de l’arrivée un bon coup de poing sur la tête me fait dire que non ! Zut !
Cependant je mets une minute de moins que l’an dernier.

A la sortie j’entends mes petits supporters qui sont à la sortie de la natation et mes 2 amis qui sont à la transition !!! Ça fait du bien !!
Le drafting est autorisé sur le parcours. En vélo l’an dernier j’avais fait équipe avec un garçon là j’essaye d’organiser des relais avec les filles de Château-Gontier, Nice et Torcy. L’entente se passe bien principalement avec Nadège de Château-Gontier sur deux tours et nous avançons bien mais elle attrape un peloton et me plante d’une bonne longueur que je n’arrive pas à rattraper. J’ai beau regarder ma montre j’ai un doute : combien de tours ?? oui je sais c’est bête mais comme ma garmin calcule mal la natation : je pose la question aux bénévoles au passage qui me confirment que ce sont bien 3 tours. Je vois Nadège au loin qui me dira après elle aussi avoir été bien seule sur la dernière partie du parcours. Transition accompagnée par la famille mais quelle chaleur ! Le manque de drafting sur la fin du parcours se ressent je mets 2mn de plus que l’an dernier.

Et c’est parti pour la CAP.. ma spécialité que je partage avec la tortue des Galapagos.. ce qui me vaut d’être doublée par mes ex compagnes de vélo Torcy et Nice. En revanche je suis admirative je croise Valentin Francavilla et son frère Théophile. Valentin traîne tire et pousse son jeune frère : handicapé depuis la naissance muet sourd et presque aveugle. Je les encourage à chaque fois. Ils finiront peu de temps après moi : Théophile accompagné par son frère pour faire quelques pas et franchir la ligne ensemble. Un beau moment. 

Je croise Nadège on s’encourage. Je profite des brumisateurs. Je profite des gamins qui veulent qu’on leur claque dans la main. Les gens sont attablés aux terrasses ou sur les péniches. Bon mes petits supporters n’avaient pas compris qu’il y avait 2 tours donc je vais devoir patienter à l’arrivée pour les voir. Je motive ceux qui sont dans le dur et quand les spectateurs sont peu réactifs je les chambre gentiment. Je calcule un peu pour ne pas être doublée par d’autres filles mais une vétérane me double à la fin alors tant pis j’accélère et je finis à balle pour arriver devant mais je claque dans les mains de toute la famille au passage. Spontanément je congratule la féminine qui a fini avec moi. Je voulais franchir la ligne avec ma nièce mais je n’ai pas prévu les barrières. Je finis avec un large sourire.

En mettant 1mn de moins en CAP je fais le même temps que l’an dernier :1h38. C’est symbolique mais ça me donne la douce illusion que je retrouve ma forme de 2015 où j’enchainais beaucoup plus les courses. 

Je retrouve les miens, parle avec certains concurrents et profite encore de l’ambiance du village, des bénévoles et de ce dimanche estival dans ma ville en finissant par un bon massage.
Je voulais signer pour l’an prochain les 22 et 23 juillet en espérant que certains du club se joignent à moi pour enchaîner plusieurs épreuves et profiter de la belle organisation mais sans le savoir je faisais ce triathlon enceinte (tout un symbole dans ma ville) et il est encore un peu tôt pour reprendre la compétition alors rendez-vous en 2018 avec ma fille sur la ligne d’arrivée !


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.