14 septembre 2012

Gérardmer 2012...mon premier triathlon XL !

par Edouard

Par où commencer ?...c’était un peu le défi de l’année en m’inscrivant en début d’année je n’y pensais même pas, puis avec tout le monde au club qui en parlait qui me rassurait en me disant que c’était faisable, je me suis lancé !

Tout débute jeudi à l’arrivée à Gérardmer, cela faisait déjà plusieurs semaines que je l’attendais partagé à la fois entre impatience et peur de vraiment galérer on arrive sur le site avec une météo peu clémente prévu pour le jour de la course. Reconnaissance vélo agréable, je comprend mieux les risques de chutes du parcours, les côtes sont bien là mais moins dures que je le pensais (c’est sur qu’après l’alpes d’huez...) le parcours est bien fidèle a ce que l’on m’avait décrit, roulant mais avec des bosses probablement usantes au bout du troisième tour...je suis un peu rassuré, le vélo ca devrait passer mais est-ce que je serais en état de courir un semi après ?

Le vendredi, la météo est terrible, de la pluie toute la journée, il fait froid...tout le monde discute de comment s’habiller, est-ce qu’il faut des gants ? nager en maillot de bain puis mettre la trifonction ? On récupère les dossards, les vélos sont posés dans la zone de transition. La pasta party commence, il fait chaud, ça fait du bien après ce temps passé sous la pluie au camping, je mange, me ressert puis je me dit quand même qu’il va falloir digérer tout ça avant de partir demain...J’ai décidé que je ferais tout en trifonction, j’espère que ma veste de vélo suffira à me protéger du froid et je croise les doigts pour qu’il ne pleuve pas trop. On va vite se coucher, tant mieux, je fais une bonne nuit malgré le froid les quelques fois où je me réveille sont l’occasion de jeter un oeil à la météo...pourvu que ça s’améliore !

Le lendemain, réveil un peu dur, tout est prêt, petit déj et on part un peu à la bourre sur le site. Les sacs de transition sont placés, je mémorise bien le chemin que j’aurais à parcourir, chaque seconde est précieuse lors de la transition ! On a pas regonflé les vélos mais on est à la bourre de toute façon, tant pis je stresse un peu en pensant à la crevaison mais l’arrivée vers le départ natation me ramène vite à la réalité. Il y a du monde ! Encore plus qu’à l’alpes d’huez, on enfile vite fait la combi, j’ai qu’une envie c’est de partir...je me rend compte sur la plage du départ que j’ai oublié ma montre...et merde bon c’est pas grave il est trop tard de toute façon. Jean-marc m’emmène à l’avant du départ à gauche, je pense "pourquoi je pars toujours devant...ca doit être moins la guerre derrière !" le speaker chauffe un peu tout le monde et c’est parti pour 1900m. Je sens la boule de stress qui monte, mais je connais maintenant, je me concentre sur ma respiration et je sais que si je me calme cela sera salvateur. J’arrive bien à me réguler, je me concentre sur mes poussées je vois pas très bien à travers mes lunettes à 5€ du distributeur de la piscine et le temps n’aide pas. Ma trajectoire jusqu’à la première bouée n’est pas parfaite mais pas trop mauvaise non plus, c’est la cohue depuis le départ...je me prend pas mal de coup mais j’encaisse sans broncher. Le virage, et la ligne droite jusqu’à la sortie à l’australienne je pense à JMT "Reste bien à droite pour ne pas te retrouver à marcher sur les plages"...tu parles je lève la tête et devant moi les gens sont debout ! merde bon je dévie bien à droite et j’arrive finalement à la sortie à l’australienne. je suis étonné de voir les gens marcher, j’essaie de les doubler mais c’est serré ! Je vois à peine le public, je suis dans mon truc et je repars pour les derniers 500m qui passeront très vite, je bas fort des pieds en pensant aux conseils de PYT puis je sors...j’ai la tête qui tourne comme jamais ! j’entend 900ème au micro..."purée...encore une nat pourrie !" je trouve mon sac retire ma combi prend ma veste, je prend mon gel et je vois JMT arriver, ça me remet dans l’action, finalement je suis pas si mal.

Bref échange avec Jean-Marc et c’est parti vers le vélo. Je me sens bien, j’ai des jambes ! Les bénévoles me font signe de pas courir trop vite ca glisse, j’attrape mon casque, le vélo et je cours vers la sortie. Je suis pied nu je pense rapidement au froid en voyant tous les autres avec leurs chaussures aux pied et puis je fais la transition élastique la plus lamentable depuis le début de la saison mon pied droit ne rentre pas et j’arrache la chaussure de la pédale, je la met à la main puis je saute sur mon vélo je met le pied gauche repousse un peu et je galère à clipser le pied droit...en général ce pied on le fait à l’arrêt ! bref après quelques secondes de galère c’est parti je pose les avant bras sur les prolongateurs je me sens super bien !

Le vélo se passe sans encombre, j’ai décidé que je baserais essentiellement mon ravitaillement sur les boissons energetiques et un peu de gel. Je descend pas trop mal mais je me fais systématiquement reprendre par un mec sur les portions de descentes et plat, ça m’énerve, mais comme je le reprend dans les montées et je reprend pas mal d’autres personnes ca va...Je bois beaucoup, je pense à Anouk et son IM je me dis que je ne devrais pas me forcer mais j’ai trop peur d’avoir un coup de mou sur la CAP...Au milieu du 2ème tour, en haut du deuxième col je vois un mec torse nu en train de pisser sur le côté, je pense "il est tranquille lui, il perd du temps, il aurait mieux fait de pisser sur son vélo !" je me rapproche et je vois EPPG sur sa jambe gauche : "Hey PYT !". C’est cool de croiser quelqu’un du club, je me dit qu’il me rattrapera, qu’il a du sûrement crever...Finalement je ne le verrais plus sur le vélo. J’arrive à la fin de mon 3ème tour, la dernière montée chauffe les cuisses mais ca va. Je descend du vélo, ouh ça fait mal, j’ai deux énormes blocs de glaces à la place des pieds, je sens plus rien je prend mon sac de transition et me pose dans la tente, j’essaie de me frictionner un peu les pieds pour retrouver des sensations mais ça marche pas...chaussettes chaussures, gel puis une goutte d’eau pour faire passer ça et je suis parti...J’entend PYT qui crie "Edouard enfoiré !" et je me dépêche de sortir le sourire aux lèvres .

J’ai de très bonnes sensations, j’ai vraiment l’impression d’avoir des jambes je vais pouvoir envoyer je croise les supporters sur les côtés, ça fait plaisir puis je me concentre sur la Course, je double pas mal de monde au premier tour, la côte me fait mal, je commence à fatiguer. Je croise PYT au niveau du demi tour, j’ai une bonne avance mais je me dit qu’on finira sûrement ensemble...Le deuxième tour est beaucoup plus dur, je me fait un peu reprendre mais je ne pense pas perdre trop de places en moyenne. Je vois le président devant moi , je me dit aller je vais le chercher ! Plus de PYT sur le demi-tour du deuxième tour...mais qu’est-ce qu’il a fait ?! Je me sens de plus en plus mal, j’ai mal au bide je crois que j’ai trop de liquide dans l’estomac j’arrête de me ravitailler du coup, je commence à avoir envie de vomir. Je fais une pause pipi à la fin du deuxième tour mais c’est plus une excuse pour m’arrêter un peu...du coup JMT prend de l’avance, le dernier tour est très dur, mais les supporters sont là je lâche rien, je me fais reprendre par beaucoup de monde, je réfléchis à quoi faire pour mon mal de ventre, j’essaie de prendre du coca...le résultat est moyen...j’ai envie de salé ! je prend deux abricots sec en me disant que le solide me fera du bien...pas trop en fait ! bref je reprend le président dans le demi-tour et je vois PYT qui me dit "Edouard, jusqu’au bout !" du coup je me reprend en main et je compte les kms...

L’arrivée est magique, le couloir étroit avec tapis rouge et supporters sur le côté, j’accélère et je reprendrais le mec devant moi au sprint, juste histoire de reprendre une place. L’émotion est grande à l’arrivée, je remercie au moins trois ou quatre fois les bénévoles qui me donnent la medaille et la casquette. C’est fait...6h18, pas trop mal, j’essaie de trouver les autres, finalement PYT me retrouve, on mange un bout ensemble, je le chambre gentillement. J’ai rêvé de ces flamkuches dans le dernier tour mais j’arrive pas trop à manger, j’ai encore envie de vomir...Je commence à avoir froid, je file aux massages, l’occasion de me rendre compte des énormes ampoules sur mes pieds et de ma chaussette en sang. Mais bon ça y’est...objectif de l’année atteint.


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.