20 août 2010

1/2 Ironman d’Anvers 25/07/2010

par Jean-François

Bonjour,

Mon compte rendu d’Anvers avec un mois de retard.

A défaut de battre des records de vitesse au triathlon, j’ai décidé d’essayer de battre le record de longueur de compte-rendu. La lecture en est facultative, bien sûr ;)

Suite à ma blessure au genou, consécutive au marathon de Paris en avril, j’avais tiré un trait sur la saison 2010 de triathlon : ma première vraie saison de tri, en fait, puisque mon expérience de triathlète se réduisait jusqu’alors à 2 sprints en 2008 et 2009 et un CD il y a presque 20 ans…
J’étais d’autant plus frustré que je m’étais inscrit à l’half ironman d’Anvers (150€ de frais d’inscription !) en janvier avant ma blessure.
Toutefois, j’ai commencé à me sentir mieux durant le mois de juin et j’ai pu faire quelques sorties vélo, tout doucement, mais pas de cap par peur que la tendinite ne revienne.
Quand Jean-Marc a proposé de faire le triathlon CD des boucles de Seine en compagnie d’Alp et de Gilbert le 11 juillet, j’ai accepté immédiatement en sachant que je n’étais pas prêt physiquement (sauf peut-être pour la natation). Résultat : un temps calamiteux (3H08) et une place de 140ème sur 160 finishers (sans compter les abandons, assez nombreux, compte tenu de la chaleur).

Le soir même, en rentrant chez moi, le souvenir de mon inscription pour Anvers m’est revenu en mémoire et je me suis dit : pourquoi pas, il reste 3 semaines pour me préparer !!!
Les principales conclusions à l’issue du CD étaient je n’étais pas à la hauteur sur le vélo : à 90% par manque d’entrainement et à 10% à cause d’un vélo un peu lourdingue. Par ailleurs, le manque d’entrainement en cap (pas de sortie depuis avril) avait également été un handicap sérieux.
Pour le vélo, coup de chance : à force de scruter le site troc-velo, j’ai fini par trouver une superbe occasion le 14 juillet (à 11 jours de la course !) : un vélo Trek Madone bien équipé et quasiment neuf. Le contraste a été tel avec mon engin précédent que j’ai roulé 300km dans la semaine qui a suivi l’achat !

Pour la course à pied, le manque de temps et la peur de me blesser à nouveau ont limité la préparation : 2 sorties d’1 heure dans les 2 semaines précédents l’échéance.

Le samedi 24 juillet, j’embarquais dans le Thalys avec mon vélo sur l’épaule à destination d’Anvers, en laissant femme et enfants à Paris : je ne me sentais pas vraiment prêt, mais très motivé.
Anvers, où je n’étais pas venu depuis longtemps est vraiment une très belle ville qui mérite le voyage, j’en ai donc profité pour visiter la cathédrale et le musée des beaux arts. Après avoir récupéré mon dossard + quelques cadeaux (T-Shirt, sac, etc.) et assisté à la pasta party, je suis rentré à l’hotel où j’ai passé la soirée à préparer mon matos et à répéter mes transitions.
Après une nuit courte mais réparatrice, je me lève à 7H00 pour le petit déj. (début de l’épreuve prévu à 11H30). Je me rends à vélo au lieu de départ situé un peu à l’extérieur de la ville avec ma combi et le matos dans un sac à dos. Conformément au règlement, j’ai remis à l’organisation mon équipement pour T2 (chaussures, etc.) dans un sac la veille au moment de l’enregistrement.
Parc à vélo impressionnant ! Plus de 2/3 des participants ont des vélos de Contre La Montre, il y en a pour des millions d’euros !! mon Trek avec prolongateur fait un peu cheap mais peu importe. Dans le parc, je réalise avec mes voisins que notre numéro de dossard est fonction de notre date de naissance, je suis donc entouré de gens nés en 1966, ca crée des affinités ;) : à ma droite un français, à ma gauche un australien très sympa. Cela me permet aussi de constater qu’à vu d’œil, plus de 80% des participants sont plus jeunes que moi, mais ils ne perdent rien pour attendre :twisted :

Natation :

La natation a lieu dans un étang d’eau salée, un peu en dehors de la ville et contigu à l’Escaut qui traverse Anvers. Il fait plutôt frais le matin, donc la combi est la bienvenue. Le parcours de 1900m est un triangle avec deux grosses balises à contourner avant de revenir au point de départ.
Départ par vagues espacées de quelques minutes en fonction de la catégorie d’âge (1500 inscrits au total). Etant V1, je suis dans une des dernières vagues. Pas trop de bousculade au départ car nous sommes une centaine dans la vague V1 et qu’il y a de la place. J’ai décidé de nager sans forcer mais je rattrape assez rapidement des nageurs de la vague précédente. Tout se passe sans encombre jusqu’à la sortie de l’eau. J’ai parcouru les 1900m en 33:52min. Je pense que j’aurais pu m’approcher des 30 min en forçant un peu.
Beaucoup de spectateurs sont assemblés à la sortie de l’eau et autour du parc à vélo et nous encouragent.

T1 : environ 200m à courir en combi avant d’atteindre mon vélo dans la zone de transition. J’ai un peu de mal à retirer ma combi super moulante mais je finis par m’en sortir. Les vétérans étant relégués au fond du parc à vélo, il y a plus de 200m à parcourir vélo à la main avant de pouvoir s’élancer. J’ai mis au totale 4’07’’ pour T1.

Velo :

Le parcours est essentiellement constitué de 2 boucles en dehors de la ville : dans la zone portuaire et les villages environnants. La logistique est parfaite : la circulation est coupée sur l’essentiel du trajet. De plus, un grand de volontaires sont disposés le long du parcours. A noter également une forte présence de la police. Un ravitaillement est prévu tous les 20km. La route est de bonne qualité dans l’ensemble. Dans la zone portuaire il y pas mal de rails qui traversent la route mais l’organisation a prévu des tapis sur chaque rail qui permettent de traverser sans encombre. Je me fais quand même une petite frayeur vers la fin du parcours, à un moment où je « rate » un tapis et je passe assez brutalement sur les rails : sur le moment j’ai l’impression d’avoir un pneu à plat. Je m’arrête pour contrôler mais tout va bien et je repars.
Nous sommes à Anvers le parcours est donc très plat (une des raisons de mon choix de cette épreuve), le principal challenge étant les longues lignes droites avec vent de face, assez fort par moment dans la zone portuaire. Beaucoup de concurrents roulent à une vitesse impressionnante. je me fais beaucoup doubler, mais ce n’est pas un surprise. Il est évident qu’il me manque pas mal de kms au compteur et que je serai meilleur la prochaine fois, si je m’entraine sérieusement. Le prolongateur que j’ai acheté la semaine précédente se révèle assez utile même si je n’ai pas vraiment eu le temps de régler ma position aéro.
Malgré le parcours assez excentré, il y a pas mal de spectateurs qui nous encouragent, surtout dans les villages.
Compte tenu de ma faible expérience cycliste, mon objectif est de tenir 30km/h sur l’ensemble du parcours, pari tenu puisque je mets 2H56 au total pour les 90km.

T2 : la zone de transition est proche du centre ville puisque le semi marathon est constitué de 3 boucles dans le centre d’Anvers. Un peu de mal à trouver mon emplacement mais une personne de l’organisation me l’indique et je peux poser mon vélo et mettre mes chaussures. Je fais la transition en 3’38’’

CAP :

3 boucles à effectuer en plein centre ville. Ma stratégie est simple : finir à tout prix, même en rampant s’il le faut.
Je pars sur un tout petit rythme et je me fais beaucoup doubler, surtout par ceux qui ont 1 ou 2 boucles d’avance sur moi. Le dispositif de ravitaillement est impressionnant : tous les 2 km, éponges, eau boisson énergétique et aliments solides. Je prends soin de ne pas trop me gaver pour éviter les problèmes gastriques. Le parcours est très sympa et le public nombreux : beaucoup d’encouragements ce qui n’est pas négligeable pour tenir le coup en fin de parcours. Détail croustillant : à chaque boucle on passe devant l’arrivée et on voit les autres qui terminent leur parcours. Cela peut se révéler stimulant ou déprimant suivant le tempérament de chacun (surtout lorsqu’il reste encore 2 boucles à parcourir), moi je le prends plutôt de façon positive et je continue à courir au même rythme. Je finis par dépasser des gens, surtout ceux qui craquent en fin de parcours.

Je termine finalement le semi en 2H06’52. Pas terrible pour un semi marathon mais je suis content de terminer ce demi Ironman dans un temps somme toute honorable par rapport à mon niveau : 5H45, 946ème sur 1161 finishers et 168ème en V1H (1500 inscrits au total mais environ 1200 partants). Pour info, le vainqueur a mis 3H43 !!
Je ne me sens même pas fatigué, ce qui est positif en perspective d’épreuves plus longues que je vais probablement programmer pour l’an prochain.
A l’arrivée, remise de la médaille bien sûr et d’une couverture de survie. Disponibilité d’une grande variété d’aliments liquides et solides et de masseurs.

Mon train pour Paris est à 20H30, j’ai tout le temps pour aller chercher mon velo en T2 à environ 2km de l’arrivée, pour rentrer à l’hotel : j’ai conclu un « deal » avec le réceptionniste avec qui j’ai sympathisé la veille, il me permet d’accéder à une chambre pour prendre une bonne douche et ranger mes affaires. J’ai même le temps de manger avant d’aller à la gare. Gros coup de chance : dans le Thalys il reste un porte bagage aux dimensions de mon sac vélo. J’arrive à 22H30 à la gare du Nord et 15min plus tard chez moi.
En conclusion :
Performance assez modeste mais dont je suis satisfait compte tenu du fait que c’était ma première participation à une telle épreuve et de mon peu d’entrainement. Je pense avoir une belle marge de progression. Je reviendrai probablement l’année prochaine, avec d’autres EPPGiens, je l’espère.


20 août 2010

Bravo Jean-François, et merci beaucoup pour ce cr très intéressant. Etant donné ton peu d’entraînement à cause de la blessure, tu as une sacrée marge de progression !

Je vois qu’on est plusieurs au club à être tentés par les longues distances, il faudra discuter sérieusement des courses pour 2011 (surtout qu’il faut aller très vite pour les inscriptions aux épreuves les plus populaires : je viens de voir qu’il n’y avait déjà plus de places à Roth).


20 août 2010

Merci pour le commentaire.
Effectivement les places semblent partir très vite pour les longues distances. Il faut donc s’inscrire rapidement. L’avantage est que cela permettra de se focaliser sur un objectif longtemps à l’avance... B-)
Pour faciliter les choix de chacun, j’ai commencé à lister les différents triathlons format IM pour 2011 avec leurs caractéristiques (ceux qui sont barrés sont déjà "sold out") :

https://spreadsheets.google.com/ccc?key ... wowP#gid=0

J’ai paramétré ce fichier en ligne pour que chacun puisse l’enrichir en ajoutant des épreuves et des commentaires. Une fois qu’on aura suffisamment d’infos on pourra le publier directement sur le forum.


1er septembre 2010

Super ton document. J’ai rajouté le triathlon de Hollande à Almere, qui a l’air bien, pas trop cher, et bien placé dans l’année pour moi en tous cas (fin août). Seul bémol en ce qui me concerne : parcours vélo tout plat. Mais pourquoi pas pour y faire un bon chrono.

A+


6 septembre 2010

Très bonne idée ce petit GoogleDocs.

C’est sur qu’un bon regroupement de l’EPPG sur une même course ça serait beau, et il y aurait plus d’encouragement. (je me propose pour l’encouragement, l’Iron ...plus tard ... :-)) )

Arnaud


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.